Une conversation confidentielle entre 11 personnes

 

 

 

 

- PLEASE BRING SOME LIGHT !!!

- How ?

- Select the text in the black square to make it appear.

 

 

 

 

 

In the dark of Forrest J. Ackerman’s house, all the characters are in the same room, standing far from each other.

 

Sophie Calle, déguisée en Paul Auster : Il faut être à la fois un tantinet irresponsable et lucide pour mener ce genre d’expérimentation qui cause inévitablement des dégâts, tant relationnels que mentaux.

 

Tom Ripley 1 (VF) : Je ne veux pas m’entretenir avec vous sur ce sujet Paul. Tom Ripley 2 va arriver d’une seconde à l’autre à moins qu’il ne se présente sous le nom de Dickie Greenleaf…

 

Tom Ripley 1 devient transparent et disparaît dans la salle des trophées.

 

Sophie Calle sort son appareil photo argentique immortalise le moment où Tom Ripley 1 est parti en fumée.

 

Mike Kelley : Tom ? Wow, Gosh I can't believe it ! He turned into a ghost ! Tom ? Where are you ?

 

Mike Kelley stumbles on a fake skeleton and pretends to be scared of it.

 

Patricia Highsmith : Tom Ripley would never have disappeared like that without killing one of us…

 

Paul Auster, déguisé en Sophie Calle : J’ai trouvé des frères et des sœurs sous ce toit qui pratiquaient le même sport que moi, Tom Ripley 1 en était un. La nuit, dans la cuisine, il cassait des verres et tournait sa veste.

 

Patricia Highsmith : As many as I am writing a new sentence…

 

Sophie Calle, déguisée en Paul Auster : Patricia, Tom est un créateur d’histoires. Maintenant, il est parti à Naples bien décidé à mettre des coups de poing à la Mafia ; ses pianos monnayés à une valeur de 10 000 euros étaient le prix de nos croisières houleuses.

 

Mike Kelley : I don’t understand a word. English, please ?

 

Paul Auster, déguisé en Sophie Calle : Sorry Mike, I am done. I hate repeating myself.

 

Forrest J. Ackerman : Mike, you never brought me back any piece of art from my collection.

 

Mike Kelley : I never borrowed anything from your collection.

 

Forrest J. Ackerman : This is not what I read in this scientific paper :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mike Kelley : This is bullshit Laura Tinard wrote. She changed the facts for the sake of her thesis.... to make her proposal more consistant …

 

Paul Auster, déguisée en Sophie Calle : Hmm... uchrony…

 

Mike Kelley : Truth is, you never allowed me to pick anything up in your collection. You are too obssessive about it. I am making this rectification right now in Laura Tinard's thesis.

 

Patricia Highsmith : One thing is for sure, it is easier to write about dead people, once they have left the world of the living and can no longer object to the truth.

 

Forrest J. Ackerman : Changing the text won’t change my beliefs. Now, I know that Mister McCarty and you borrowed my Batman.

 

Tom Ripley 2 enters in the dark of the room.

 

Mike Kelley : Oh you ! can't believe it ! Batman ? more like BAD man ! naughty, naughty boy ! come on, come and kiss your mommy !

 

Patricia Highsmith : Who are you right now Denis Hoffman ? Are you Greenleaf or Ripley ?

 

Tom Ripley 2 (VO) : Whoever you want me to be.

 

Patricia Highsmith : You’re too drunk to play. Ripley would never stand like that. And Greenleaf would break the silence. You are Denis Hoffman meaning an actor who has lost his sense of his identity

 

Forrest J. Ackerman : Dear Doris, wouldn’t you love to be part of my collection ?

 

Doris Uhlich : How much ?

 

Forrest J. Ackerman : Oh.. let’s go behind King Kong. I would rather this conversation remain private.

 

Doris Uhlich : Nothing is private. I am a public figure. I won’t move from where I am.

 

Mike Kelley : Ackerman, you are going to cure in my Educational Complex….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Doris Uhlich : Unmensch…

 

Sophie Calle, déguisée en Maria : Ce qui m’intéresse c’est VOUS ! VOUS qui menez votre vie, VOUS qui buvez votre café, VOUS qui passez la porte, VOUS qui regardez votre écran, VOUS qui mangez un sandwich, VOUS qui ne jouez pas de musique, VOUS qui vous vous ennuyez, VOUS qui jouez en société, VOUS ! !

 

Tom Ripley 2 (VF) : Moi ?

 

Maria, déguisée en Sophie Calle : Oui, VOUS ! VOUS ne faites rien d’exceptionnel, VOUS êtes pour moi un anti-héros !

 

Mike Kelley : Life is full of antihero… sad truth, Sophie.

 

Patricia Highsmith : Have you ever felt harmony ?

 

Doris Uhlich : Between a song and a movement ?

 

Mike Kelley : Between a score and an instrument ?

 

Tom Ripley 3 (VF) : Dès que je touchais cette harmonie, il fallait que j’en sorte. Il fallait que j’en sorte parce que cette harmonie fait vibrer l’intérieur, donne bien trop d’extase, de joie... Peut-être qu’avec l’âge, mon tempérament changera et que je ferais enfin face à l’harmonie.

 

Patricia Highsmith : Do you think you will die old ? This is not what I decided for Tom Ripley.

 

Tom Ripley 3 (VF) : Si vous n’écrivez pas un nouveau tome de ses aventures, Tom Ripley demeurera jeune … mais moi Matt Damon…

 

Sophie Calle, déguisée en Paul Auster : Vous souffrez probablement de passion. Il faut l’utiliser à bon escient. Faites de vos impostures votre travail et votre gagne pain.

 

Tom Ripley 4 (VF) : Je voudrais m’arrêter Sophie, mais je n’y arrive pas.

 

Paul Auster, déguisé en Sophie Calle : Switch roles !

 

Tom Ripley 5 entre dans l’obscurité.

 

« Une Conversation confidentielle entre 11 personnes fera l’objet d’une installation. De nouveaux récits émergeront. » Jorge Luis Borges